N - Locomotive électrique CC 6512, livrée béton, SNCF, Ep. IV, DCC Sound - ARNOLD HN2588S - Paris Modélisme
L'intégralité de nos stocks n'étant pas en ligne, n'hésitez pas à nous contacter par téléphone au 01.40.36.20.93 pour toute recherche précise. LES PROMOTIONS SONT VALABLES EXCLUSIVEMENT SUR INTERNET ET NON DIRECTEMENT EN MAGASIN ! Les tarifs des articles en réservations peuvent évoluer !!

REF. : HN2588S

N – Locomotive électrique CC 6512, livrée béton, SNCF, Ep. IV, DCC Sound – ARNOLD HN2588S

329,90 

Arnold propose une locomotive électrique CC 6512, livrée béton en DCC Sound de la SNCF, à l’échelle N 1/160ème, d’époque IV, sous la référence HN2588S.


Garantie satisfaction

La garantie satisfaction vous donne 14 jours pour échanger ou retourner votre produit.

Livraison offerte

Les frais d’expéditions sont offerts à partir de 150 € d’achat.

Réservation


Arnold propose une locomotive électrique CC 6512 en DCC Sound de la SNCF.

Livrée béton à logo Beffara.

Echelle N (1/160ème).
Epoque IV.
Référence HN2588S.

Caractéristiques techniques

  • Univers : Échelle N
  • Commande : DCC Sound
  • Compagnie : SNCF
  • Énergie : Électrique
  • Époque : IV
  • Marque : ARNOLD
  • Pays : France
  • Système : 2 rails

La livraison est offerte à partir de 150€ d’achat !

 

Paris Modélisme vous propose différentes méthodes de livraison :

• Le retrait de votre commande en magasin

• Colissimo avec signature

 

Consultez nos Conditions Générales de Vente pour en savoir plus.


Origine de la série

 

  • Les CC 6500 sont une série de locomotives électriques de ligne de la SNCF, produites par l’entreprise française Alsthom (devenu Alstom en 1998).

    Les CC 6500 furent le fleuron des locomotives monocourant françaises à partir des années 70, et les plus performantes de leur époque. Ces machines sont les plus puissants modèles d’une importante famille de locomotives, tardivement surnommées les Nez cassés , dont des variantes furent livrées de 1964 à 1999 en France et dans le monde entier. Elles dérivent des CC 40100 et des CC 72000 et reprennent d’ailleurs les bogies des 72000. Les CC 6500 partagent la même ossature de caisse que les CC 72000 et CC 21000, seuls les habillages de caisse et les points d’ancrage des équipements diffèrent d’une famille à l’autre. Cette famille comprend les CC 21000 bicourants, car le projet d’une série CC 14500 pour courant alternatif monophasé, est resté sans suite.

    À l’origine, Paul Arzens, qui a conçu leur design original, les avait spécialement habillées d’une livrée gris métallisé, rouge Capitole et orange, de même que les voitures Grand Confort auxquelles elles devaient s’accorder pour composer certains des TEE français constituant les trains-phares de la SNCF d’alors. Arzens appelait cette décoration la « livrée coup de soleil ».

    Trois sous-séries (dont 2 locomotives de pré-série : CC 6501 et 6502) ont été livrées à la SNCF, du  au , la première et la troisième série étant destinées à la traction de trains de voyageurs. La deuxième série, les CC 6539 à 6559, constitue la série des « 6500 Maurienne », équipée de frotteurs pour troisième rail et spécialisées à la ligne de la Maurienne entre Chambéry et Modane. Elles étaient revêtues d’une robe vert foncé à bandes blanches, livrée qui fut extrapolée aux BB 15001 à 15005.

    Particularités diverses de construction : à partir de la 60e locomotive, les CC 6500 reçurent des traverses de tête aménagées, avec une plaque boulonnée et renforcée pour l’hypothétique attelage automatique européen.

    Entre 1995 et 1997, les quatre CC 21000 ont été transformées et renommées dans l’ordre en CC 6575 à 6578.

    La locomotive est du type C’C’ (1 moteur et 3 essieux par bogie). Le schéma de traction repose sur un réglage de tension par rhéostat et graduateur (28 crans en série et série-parallèle, 20 crans en parallèle + 8 crans de shuntage applicable pour tout cran de traction) permettant trois couplages des 4 demi-moteurs possibles : série, série-parallèle (les 2 demi-moteurs d’un bogie en série) et parallèle.

    Avec l’avènement des CC 6500/21000, la technique inaugure le système de l’auto-ventilation sur une locomotive, système déjà utilisé sur les automotrices. Le principe est le suivant : le bogie moteur dispose d’une trompe de rejet d’aération, de façon que le moteur se ventile de lui-même. Le système permet une économie de poids pour la locomotive, car il n’est plus fait appel à un système de ventilation forcée. Mais l’auto-ventilation a aussi de gros inconvénients : en tractant de lourds et lents trains de marchandises, les moteurs ne se refroidissent plus suffisamment. Il peut alors se produire d’inévitables « flashs » des moteurs électriques. La solution mise en place a été l’installation de moto-ventilateurs soufflants sur les moteurs de traction, mis en marche automatiquement au démarrage de la locomotive.

  •  

Le constructeur

 

Arnold est une entreprise allemande de fabrication de jouets créée à Nuremberg le 4 octobre 1906. Elle est passée sous le contrôle de Rivarossi après Cessation de paiements, avant de rejoindre le groupe Hornby en 2004.

Spécialisée dans les jouets en fer-blanc, elle produisait aussi des bateaux et des maisons de poupée jusqu’à la Seconde Guerre mondiale où l’usine fut totalement détruite.

Elle est surtout connue pour avoir lancé en 1962 la gamme de trains miniatures Arnold Rapido à l’échelle du 1:160 avec un écartement des rails de 9 mm : ce fut la naissance de l’échelle N.

De 1960 à 1962, la production était constituée par une gamme de petits trains « Rapido 200 », à l’échelle 1:200, plutôt train jouet que train modèle.

Mais, à partir de 1962, l’entreprise se tourna vers la production de véritables trains miniatures et s’imposa comme la production N de référence à partir de 1970. En 1964, l’échelle N était reconnue comme norme NEM et plus tard ce fut l’« attelage Rapido » qui fut retenu comme standard européen de l’échelle.

En 1995, la firme est rachetée par Rivarossi puis en 2004 par Hornby PLC. La production est maintenant faite en Chine.


Promotions
Nous contacter